Avant d’oublier, ajoutez ce blog à votre lecteur RSS en cliquant ici :

La gamme de Do majeur, le modèle à retenir

La gamme de Do est LE modèle de la gamme majeure.

Elle est facile à retenir : Do – Ré – Mi – Fa – Sol – La – Si – Do

Toutes les notes sont naturelles (pas de # ou b). Si vous la jouez au piano,
vous ne jouerez que sur les touches blanches.

Avec cette gamme de Do, on trouve les caractéristiques de la gamme majeure :

  • succession de 8 notes conjointes (qui se suivent)
  • la dernière note porte le même nom que la première (c’est la tonique, elle donne le nom à la tonalité)
  • les intervalles qui la composent sont :
    1 ton – 1 ton – 1/2 ton – 1 ton – 1 ton – 1 ton – 1/2 ton

Note : 1/2 ton = 1 case à la guitare, 1 ton = 2 cases
Lorsqu’on veut monter la note d’1/2 ton, on lui met un dièse (#), lorsqu’on veut la baisser, on lui met un bémol (b).

 

 

En vous servant de ce modèle de gamme, et si vous retenez qu’il y a 1/2 ton après les notes en « i » (Mi et Si) et 1 ton après toutes les autres, vous pouvez trouver

  • les notes de n’importe quelle autre gamme majeure
  • le nom de toutes les notes de votre manche
  • la composition de vos accords

Bref, cela fait partie du minimum de théorie que doit connaître un guitariste !

Apprendre les gammes à la guitare, pour ou contre ?

Pour certains, apprendre les gammes à la guitare est un exercice fastidieux et inutile.
Pour d’autres, apprendre les gammes est un moyen de progresser rapidement et facilement.

 

Apprendre gammes
Alors, qui a raison ?

Les deux comme souvent !

A l’académie de musique, quand j’ai commencé la guitare, on devait apprendre, chaque année, 2 nouvelles gammes avec des # et 2 avec des b. Ce qui fait qu’après quelques années, on apprenait des gammes dans des tonalités jamais pratiquées dans un morceau.

Donc, je trouvais cela ennuyeux et sans grand intérêt. Je les pratiquais (un peu) quelques semaines avant l’examen technique et, dès celui-ci passé, je les oubliais jusqu’à l’année suivante.

En fait, je ne faisais que mémoriser quelques doigtés de gammes transposables et je les décalais du bon nombre de cases pour arriver dans les tonalités imposées.
Bref, je reproduisais mécaniquement un doigté sans savoir quelle note je jouais.

Apprendre les gammes de cette façon n’a effectivement aucun intérêt, mis-à-part celui de dégourdir les doigts (ce qui n’est déjà pas si mal).

Qu’est-ce qu’une gamme ?

En simple, une gamme est une suite de notes qui respecte un schéma d’intervalles (écart entre les notes) bien défini.

Il y a des gammes de plusieurs types : gamme majeure, mineure, pentatonique, blues…
Nous aurons l’occasion d’y revenir dans les prochains articles.

A quoi sert une gamme ?

Une gamme est donc une mélodie simple avec des notes qui se succèdent dans un ordre prévisible.

Comme elle est facile à mémoriser, vous pouvez vous concentrer sur un aspect technique de votre jeu en particulier.

Sur quoi par exemple ?

L’attaque : avez vous une attaque propre sur chaque note, aussi bien dans l’aigu que le grave ?
L’équilibre sonore : si vous jouez aux doigts, est-ce qu’il n’y a pas un doigt qui sonne plus fort que les autres ? Si vous jouez au médiator, est-ce qu’il y a un équilibre entre l’aller et le retour ?
La synchronisation des mains : obtenez-vous un son legato ?
La détente : êtes-vous détendu ? Vos épaules, vos mains et doigts aussi ?
La dynamique : pouvez-vous mettre des accents sur certaines notes ?
L’intensité : pouvez-vous obtenir la même qualité de son enjouant « Piano », « Forte », en faisant un « crescendo »
ou un « decrescendo » ?
Le déplacement le long du manche
etc.

Vous pouvez aussi travailler vos gammes pour apprendre vos notes sur toute l’étendue du manche. Il vous suffit de dire tout haut les notes que vous jouez et cela rentre très facilement.

Une gamme vous permet également de travailler différents rythmes et différents intervalles (vous pouvez travailler la gamme en tierce, en quarte etc.).

Et pour terminer cette liste non exhaustive, une gamme vous permet d' »imaginer » le son que vous voulez avoir. Les notes se succèdent dans un ordre prévisible, vous pouvez donc entendre mentalement le son d’une note avant qu’elle ne soit jouée.
Et c’est là que vous imaginez la couleur que vous voulez lui donner…et comparez avec ce qui sort réellement !

Et vous, pour ou contre les gammes ?

Voulez-vous avoir raison quand vous allez sur un forum ?

Cet article participe au défi du site Virtuose Marketing de Cédric Vimeux.

« Quand nous sommes certains d’avoir raison »

« Le démon marchait le long d’un chemin à travers deux grands domaines dans lesquels des agriculteurs s’affairaient à la récolte. Il se dit : « Je vais planter un peu de ce que les humains aiment tant : avoir toujours raison ! »
Il se coiffa d’un chapeau dont la moitié droite était verte et l’autre jaune.

– Si vous voulez trouver un trésor, suivez-moi ! cria-t-il aux paysans.

Puis il se cacha derrière un arbre. Les travailleurs coururent jusqu’au sentier.

– Nous allons suivre l’homme au chapeau vert, dirent les hommes du champ de droite.

– Vous voulez nous tromper : nous devons suivre un gars qui porte le chapeau jaune ! s’écrièrent les hommes du champs de gauche.

Le conflit empira.

Une demi-heure plus tard, les paysans avaient oublié le trésor et s’entretuaient à coups de faux pour savoir qui avait raison quant à la couleur du chapeau. »

Histoire tirée du livre La Métaphore : voie royale de la communication, de Gérard Szymanski.

Quel rapport avec la guitare me direz-vous ?

Et bien, allez sur n’importe quel forum de guitare. Cherchez des « topics »
qui concernent, par exemple, la nécessité d’apprendre le solfège.
Lisez les premiers commentaires (plus si cela vous dit) : vous verrez qu’il y a des réponses totalement contradictoires.
En apparence seulement. Car, souvent, chacun a raison… de son point-de-vue.
Le guitariste classique affirmera sans discussion possible qu’apprendre le solfège est indispensable. Et il a raison.
Le guitariste rythmique certifiera au contraire que c’est tout-à- fait inutile.
Et il a aussi raison.
Parfois, la discussion s’envenime, chacun voulant à tout prix avoir raison.
Alors que le problème vient souvent du manque de précision de la question… ou de la réponse.

Donc, si vous ne voulez pas avoir à faire le tri entre des réponses apparemment contradictoires, soyez le plus précis possible en posant votre question sur un forum !

Que fait la main droite ?

Pascale, c’est bien gentil de nous mettre une chanson facile pour la main gauche, mais qu’est-ce que je fais avec la main droite ?

Il est vrai que  la main droite pose problème à de nombreux débutants. Marquer tous les temps comme le métronome, c’est un bon début mais c’est vite lassant !

Le rôle de la  main droite, c’est de mettre les cordes en vibration et de jouer le rythme soit en battement (brosser toutes les cordes) , soit en picking  (jeu aux doigts).

En guitare d’accompagnement, la main droite joue 1 ou plusieurs formules rythmiques tout le long du morceau. Cette formule rythmique, c’est un peu comme les battements du cœur : il vaut mieux qu’elle n’ait pas de « ratés » et ne s’arrête pas !

Pour « A horse with no name », le rythme est ternaire : chaque temps est divisé en 3. On indique cela en notant

 

Il y a 4 temps dans la mesure et, si vous écoutez bien l’introduction , vous entendez que les basses sont plus marquées sur les temps 1 et 3. Cependant, sur le 3ème temps, les cordes sont étouffées, ce qui se note en mettant une croix à la tête de la note.

Voici donc la formule rythmique que je vous propose pour la 1ère mesure (accord de Mi min/Em)

et 2 formules au choix pour la 2ème mesure (accord Ré69/D69)

ou

La 2ème formule sera plus facile à pratiquer sur une guitare classique car le Palm mute (bloquer les cordes) est plus difficile à réaliser sur ce type de guitare.

Et vous, qu’avez-vous choisi comme rythmique pour accompagner cette chanson ?

 

Comment bien débuter la guitare d’accompagnement ?

Apprendre la guitare d’accompagnement n’est pas difficile si on s’y prend bien.

Mais la plupart des guitaristes débutants s’y prennent mal.

 

Voici 4 erreurs courantes à éviter absolument pour bien débuter en guitare d’accompagnement :

  1. Commencer à jouer des accords alors que la main gauche n’est pas prête.
    La plupart des guitaristes sont droitiers. Appuyer, bouger et contrôler 3 ou 4 doigts de la main gauche en même temps est beaucoup trop difficile. Du moins, sans préparation.Du coup, la main est crispée, les doigts bougent mal et le résultat sonore est décevant.
  2. Apprendre plusieurs accords à la fois. La plupart des débutants prennent une chanson avec 4 ou 5 accords, apprennent le premier puis se précipitent sur le 2ème avant que le premier ne soit connu etc.
    Au début, vous devez apprendre 1 seul accord à la fois et le mémoriser « globalement » : retenir le nom de l’accord, le son qu’il produit, sa représentation graphique, la position et la sensation des doigts. Vous connaissez un accord « sur le bout des doigts » quand vous pouvez le « plaquer » directement dès qu’ on vous le cite.
    Rassurez-vous : après avoir appris 3 ou 4 accords, les suivants s’enregistreront beaucoup plus vite.
  3. Essayer d’enchaîner les accords alors qu’ils ne sont pas encore « connus sur le bout des doigts ». On place alors les doigts les un après les autres, le son et la rythmique sont interrompues à chaque changement d’accord. C’est une mauvaise habitude qu’il est très difficile de corriger par la suite !
  4. Oublier d’ analyser le mouvement que doit faire chaque doigt pour le changement d’accord et entraîner ce mouvement.

Alors, comment bien débuter la guitare d’accompagnement ?

En commençant par une chanson avec 2 accords simples.

Je vous propose « A horse with no name » de America

 

A horse with no name

On peut accompagner cette chanson avec 2 accords très simples et il n’y a qu’un accord par mesure (4 temps).

Si vous êtes complètement débutant, vous pouvez ne jouer que sur les 4 premières cordes. Vous ne devrez utiliser qu’un seul doigt, le majeur de la main gauche (le doigt « 2 » placé à la 2ème case), et le déplacer de la 4ème à la 3ème corde (pour rappel, on compte les cordes en commençant par la plus fine).

Note : L’accord Ré 69 n’existe pas  comme me l’a fait remarquer Angelo. C’est effectivement un accord D6 avec une 9ème ajoutée.

Ensuite, vous pouvez essayer la même chose en utilisant l’index et le majeur. Les deux doigts se déplacent chacun d’une corde. Ils sont donc l’un derrière l’autre pour l’accord de Mi min, puis ils s’écartent pour l’accord D69.

Amusez-vous bien !