Le secret de la vitesse en guitare 1


Une suite d’articles pour apprendre la

Cet article fait partie d’une série d’articles écrits par Jamie Andreas, dont la suite sera publiée sur La Guitare Pour Tous. Que tu joues de la acoustique, de la guitare classique ou de la guitare électrique, ces articles constituent autant de leçons de guitare gratuites qui te permettront de devenir un meilleur joueur et d’apprendre comment l’utilisation des « Principes » (voir « le Secret des (Vrais) guitaristes » de Jamie Andreas) peut t’aider à améliorer ton niveau de jeu.

Dans mon article, « Découvres les tensions qui t’empêchent de progresser », je t’expliquais comment prendre conscience des sensations de gêne et de tension que tu peux ressentir en pratiquant ou en jouant de la guitare. La raison pour cela est très simple. Tant que tu ne prendras pas conscience des tensions qui te gênent, tu ne pourras pas ressentir les sensations que peut avoir un bon joueur et qui te permettront de bien jouer. Je compare souvent ces sensations avec un sentiment de légèreté incroyable. En effet, une fois que tu commenceras à les ressentir, et que tu les développeras en t’entrainant de la bonne manière, elles te paraitront de plus en plus incroyables. Ce sentiment de légèreté, c’est ce qui te permettra de jouer rapidement et avec précision. Malheureusement, très peu de guitaristes savent comment s’entrainer correctement, et beaucoup trop développent « une « tension incroyable et paralysante »à la place d’une « légèreté incroyable ».

 

source images @ freedigitalphotos.net
source images @ freedigitalphotos.net

Pourquoi maitriser les tensions de son corps est si important ?

Pour poser la base de cette discussion, je vais citer un extrait de mon livre, « Le Secret des (Vrais) Guitaristes ou les principes pour une pratique correcte de la guitare » :
L’état relatif de tension ou de détente des muscles est une des choses dont il est le plus difficile d’être conscient. J’ai déjà vu une personne jouer avec tellement de tension dans son épaule droite qu’elle l’avait hissée à hauteur du lobe de l’oreille. En voulant l’aider, je le lui ai fait remarquer lorsqu’elle eut fini de jouer. J’ai fait redescendre son épaule de quelques centimètres pour retrouver sa position normale, elle me dit alors que j’avais tort et qu’elle n’était pas contractée, mais très détendue !

Le bon entrainement, c’est connaitre la bonne chose à faire et s’assurer ensuite que ce soit bien ce que les doigts font !

La force de l’habitude

La raison pour laquelle elle se sentait « très détendue » est que nous nous habituons très rapidement à tout ce que nous expérimentons, et le considérons ensuite comme normal. Nous ne remettons jamais en cause la tension que nous rencontrons en apprenant de nouvelles techniques à la guitare ; nous considérons d’ailleurs que cela fait partie du jeu. Et c’est souvent le cas, mais il n’est pas nécessaire que cela continue à être aussi ardu. Nous pouvons apprendre à faire les mouvements avec moins d’effort (c’est d’ailleurs le but de ce livre que de vous aider à y parvenir).

Cependant, lorsque nous essayons un nouveau mouvement, il est souvent impossible de le faire sans un excès de tension. La faute que nous commettons est de croire que la tension est inévitable. Nous ne réalisons pas que nous pouvons obtenir le résultat que nous souhaitons sans dur labeur et surtout sans excès de tension. La plupart du temps, il est simplement nécessaire de développer ses muscles et sa souplesse. Cela est rendu possible par une approche correcte.

Évidemment, à mesure que nous continuons à tenter la nouvelle technique et à penser que la fatigue et l’effort que nous ressentons sont essentiels pour faire ce que nous essayons de faire, l’effort s’ancre dans notre approche et crée encore plus de fatigue et de tension. Nous créons donc un cercle vicieux menant à la frustration et à la mauvaise pratique de la guitare.
La tension supplémentaire dans les muscles, ce que tout guitariste confirmé sait être la cause numéro un des difficultés de jeu, est pour nous difficilement perceptible. Généralement, nous ne sommes conscients que du résultat de cette tension, c’est-à-dire de la faute que nous venons de commettre. Il arrive souvent que nous ne l’identifiions même pas, car nous commençons à filtrer ces désagréables rappels de nos difficultés.

Alors, comment ne pas développer de tensions ?

C’est ce que nous verrons prochainement dans Les secrets de la vitesse 2ème partie.

Incoming search terms:

  • le secret des vrais guitaristes

2 réponses à “Le secret de la vitesse en guitare 1”

  1. j’aime quand je vois les gens joué à la guitare donc j’aimerai donc que vous apprenez à jouer comme vous

  2. Bonjour Chris,

    Le tout est de passer à la pratique et de s’entraîner.
    « C’est en forgeant que l’on devient forgeron », c’est aussi vrai pour la guitare.
    Il faut jouer et accepter que le résultat ne soit pas immédiatement comme celui que l’on veut.
    De la pratique et beaucoup d’attention pour chercher le geste « juste » permette de progresser rapidement.
    A votre guitare !

    Bien cordialement,

    Pascale

Laisser un commentaire