Avant d’oublier, ajoutez ce blog à votre lecteur RSS en cliquant ici :

Archive pour la catégorie ‘Les accords de guitare’

Combien d’accords faut-il connaître pour jouer de la guitare ?

Beaucoup moins que vous ne le pensez !

Anecdote

Antoine est un petit garçon de tout juste 9 ans qui a commencé la guitare il y a 3 ans.

Il progresse bien malgré son jeune âge et, ce qu’il aime par dessus tout, c’est de découvrir de nouvelles partitions.

Il a heureusement une chouette « Mamy » qui me téléphone avant la Noël et avant son anniversaire (qui tombe pendant les vacances de Pâques) pour que je lui suggère des partitions intéressantes.

Après chaque congé, il revient donc triomphant en me montrant ses nouvelles partitions et en me disant qu’il a déjà vu « ça, ça et ça… ».

Depuis quelques semaines, nous travaillons les accords, ce qui lui plaît beaucoup.
J’aurais bien aimé conseiller une méthode de guitare rythmique à la Mamy mais, pour une fois, elle ne m’a pas téléphoné avant l’anniversaire d’Antoine.

Et Antoine est arrivé au cours suivant son anniversaire sans nouvelle partition à la main et complètement abattu.

– Je n’y arriverai jamais, c’est trop dur…

– Qu’est-ce qui est trop dur ?

– Les accords !

– Mais cela marchait bien avant les vacances ?!

– Oui, mais il y en a de trop, je n’arriverai jamais à apprendre tout ça !

– Tout quoi ?

Et Antoine de sortir le « cadeau » de sa Mamy : « 5500 accords pour guitare » de Steve Rodgers.

Il y a effectivement de quoi en décourager plus d’un !

Mis à part si vous voulez figurer dans le Livre Guinness des Records comme étant le guitariste qui a retenu et sait jouer tous les accords, même ceux dont on ne se sert jamais, ce genre de « dictionnaire » est complètement inutile.

Il y a des tas de mots qui se trouvent dans le dictionnaire dont vous n’entendrez jamais parler.

C’est la même chose pour les accords : il en existe effectivement des milliers mais beaucoup ne sont jamais utilisés.

La plupart des morceaux tournent avec les mêmes accords, donc inutile de se casser la tête à apprendre « la Bible des accords » par cœur.

Alors, combien faut-il connaître d’accords ?

Et bien, commencez par ceux-ci : G (Sol), Do (C), Ré (D) et Mi min (Em).

Vous aurez déjà de quoi bien vous amusez ! Voir la vidéo ci-dessous.

 

 

Et vous, combien d’accords utilisez-vous ?

Incoming search terms:

  • gamme do majeur guitare
  • accord D
  • accord de base guitare
  • 4 accords guitare
  • les accords de guitare
  • accords de base guitare
  • les 4 accords de guitare

Les powers chords, des accords super faciles

Le power chord ou accord de puissance est un accord composé de seulement 2 notes différentes :
la fondamentale et sa quinte juste. Si on le joue sur 3 cordes, la fondamentale est doublée à l’octave supérieure.

C’est en quelque sorte un accord parfait dont on a retiré la tierce.
Du coup, cela devient un accord « neutre » et on peut jouer les mêmes power chords que la tonalité soit majeure ou mineure.

Notation et position des power chords

Le power chord se note avec un « 5 » à côté du nom de la fondamentale.

Il peut se jouer en position ouverte (avec corde à vide) pour les accords La5 (A5), Ré5 (D5) et Mi5 (E5) ou
en position transposable : avec le même doigté, vous pouvez jouer tous les power chords !

Ce sont donc des accords très faciles à jouer et à mémoriser.

Les positions ouvertes

La5 ou A5

 

Ré5 ou D5

 

Mi5 ou E5

 

Les positions transposables

Fondamentale sur la 6ème corde :

Fa5 ou F5

En déplaçant tous les doigts d’1 case, vous avez Fa#5, puis Sol5 etc

Fondamentale sur la 5ème corde :

Sib5 ou Bb5

En déplaçant tous les doigts d’1 case, vous avez Si5 puis Do5 etc.

Attention :

Il ne faut entendre que les 2 (ou 3) notes de l’accord. Vous devez donc bien bloquer la résonance des autres cordes.

Il vous suffit de placer l’index comme pour faire un barré mais sans appuyer : de cette manière, les cordes 1, 2, 3 et éventuellement 4 ne pourront pas vibrer.

Pour les power chords où la fondamentale est sur la 5ème corde, il faut toucher la 6ème corde avec la pointe de l’index pour la bloquer.

Sonorité :

Le power chord est à la fois un accord pauvre et puissant :

Il est pauvre du point de vue harmonique puisqu’il ne comporte que 2 sons. Il sera donc très peu utilisé en jazz car ce style de musique demande des accords riches harmoniquement.

Par contre, le power chord a un son puissant et homogène.

Il sera beaucoup utilisé dans les musiques Rock, Hard-rock, Metal avec un son saturé.

« You really got me » The Kinks

 

L’accord 7 de dominante, un peu d’épices dans l’accompagnement

Les accords parfaits sont consonants et bien stables.
Un accompagnement uniquement en accords parfaits serait vite monotone.

Un peu d’épice avec l’accord de 7ème de dominante

Il y a 2 « piliers » incontournables dans notre système tonal :

la tonique (Ier degré) et la dominante (Vème degré).

Pour mettre un peu de mouvement dans l’accompagnement, on met un accord de 7ème sur la dominante.

L’accord de 7ème de dominante  est un accord de 4 sons qui comporte une dissonance : la 7ème. Cette dissonance crée une tension.

Il se compose, que la tonalité soit majeure ou mineure, d’un accord parfait majeur auquel on a ajouté une 3ce mineure.

Il y a donc :

  • une fondamentale (la note qui donne son nom à l’accord)
  • une tierce majeure par rapport à la fondamentale
  • une quinte juste
  • une septième mineure

Il se place uniquement sur le Vème degré (la dominante, d’où son nom).

Exemple:

Le Vème degré en Do Majeur est « sol ».

L’accord de 7ème de dominante en Do Majeur se note Sol7 (ou G7) et est donc composé du :


sol7

  • Sol = fondamentale de l’accord (Dominante de la gamme)
  • Si = Tierce majeure (sensible de la gamme)
  • Ré = Quinte juste (IIème degré de la gamme)
  • Fa = 7ème mineure (IV degré de la gamme)

La 7ème est une dissonance qui crée une tension. Elle doit donc se résoudre sur l’accord suivant. Comme dans la vie, une petite tension de temps en temps évite de s’ennuyer, mais si la tension n’est jamais suivie de détente, cela crée un gros stress !

Si la résolution est régulière, la 7ème descend d’un demi-ton, sur le IIIème degré de la gamme.

Dans notre exemple, le Fa doit se résoudre sur le Mi (IIIème degré en Do).

L’accord qui suivra Sol7 sera donc l’accord de Do (Do – Mi– Sol) ou lam (la – Do- Mi )

 Résolution Sol7

L’accord de 7ème de dominante sonne mieux quand la 7ème est placée dans l’aigu :

sol7  et sol7 en bas

Note :

On peut toujours remplacer un accord de 7ème de dominante par un accord majeur : on enlève simplement la dissonance, l’accompagnement est un peu plus fade, moins riche,
mais tout-à-fait correct du point-de-vue de l’harmonie.

 

Incoming search terms:

  • Accord 7ème de dominante guitare

Quelle est la différence entre un accord à l’état fondamental et un accord renversé ?

Prenez votre guitare, jouez l’accord de DO majeur à l’état fondamental, donc avec un Do à la basse (seulement les 5 premières cordes, voire article précédent).

Ensuite, jouez le même accord en grattant les 6 cordes ; il est renversé.

Écoutez bien ces 2 accords de Do.
La « couleur » de l’accord n’est pas la même.

A l’état fondamental, l’accord a une couleur forte, bien nette.
Renversé, il a une couleur moins affirmée,  plus « pastel ».

Comment savoir quand jouer un accord à l’état fondamental et quand le jouer renversé ?

Il n’y a pas de règle stricte mais plutôt une indication générale :
vous jouerez l’accord à l’état fondamental, chaque fois qu’il faut affirmer
clairement son identité.

Dans notre système tonal, il y a 3 « piliers » dans une tonalité : la tonique, la sous-dominante et la dominante. Vous jouerez l’accord à l’état fondamental lorsque vous serez sur un de ces piliers.

Exemple 1 :

Vous jouez un morceau en Do Majeur. Do est la tonique = le Ier degré de la tonalité.
C’est le degré le plus important de la tonalité et il lui donne son nom.

Vous jouerez alors l’accord de Do à l’état fondamental pour qu’il affirme clairement la tonalité.

Exemple 2 :

Vous jouez un morceau en mi mineur.
Do est le VIème degré. Ce n’est pas un degré fort. Il n’a donc pas besoin d’être souligné.

En jouant l’accord renversé,

– vous ne donnez pas une couleur forte à un degré faible.
– vous avez alors un « mi » à la basse…qui est la tonique.

Comme pour l’artiste peintre, il vous faudra apprendre à apprécier chaque couleur pour l’utiliser à bon escient.

Les accords parfaits…vraiment parfaits ?

Dans l’article précédent, nous avons vu que les accords parfaits se composaient de 3 notes : la Fondamentale, la Tierce et la Quinte.

Doubler ou tripler les notes

Comme la guitare a 6 cordes, on double ou triple certaines notes.

 Exemple pour l’accord de Do :

Dans le premier exemple, la Fondamentale (Do) et la tierce (Mi) sont doublées.

Dans le 2ème exemple, la Fondamentale et la Quinte (Sol) sont doublées.

 

Jouer à l’état fondamental

Si la fondamentale est la note la plus basse, l’accord est « à l’état fondamental »

(cf exemples ci-dessus).

Si la fondamentale n’est pas la note la plus basse, l’accord est dit « renversé »

 

Si on s’en tient strictement aux règles de l’harmonie, un accord renversé…n’est plus parfait !

Dans la pratique, on garde le terme parfait.

 

Incoming search terms:

  • accord de guitare